Sixi.be - Soins infirmiers & Informatique - ASBL -  
Yourmd Iphone

Le Chatbot s’invite dans la médecine

Fin janvier débutera à Londres, l’expérimentation d’un chatbot médical visant à gérer les patients demandant de l’aide pour des petits bobos.Initiée par le National Health Service au Royaume-Uni en association avec une Startup, cette expérience prévue pour une durée de 6 mois concernera potentiellement 1,2 million d’habitants.

Qu’est ce qu’un chatbot ?

Il faut remonter dans les années 1950 pour retrouver les premières utilisation d’un bot par le mathématicien britannique Alan Turing fasciné par les interactions de l’homme et la machine. Le bot est un petit logiciel qui par le biais d’un script effectue une tâche spécifique de manière automatique. Depuis lors, les progrès en matière d’intelligence artificielle n’ont eu cesse de s’améliorer et permettent de concevoir des algorithmes bien plus poussés. Une meilleure compréhension du langage naturel offre aujourd’hui de meilleures interactions avec les utilisateurs.

Utilisés dans le domaine commercial ( La société IKEA fut pionnière dans ce domaine), le chat bot interagi avec l’utilisateur pour le guider et le conseiller. Pour se faire, le logiciel pose des questions définies à l’avance et affine les requêtes de l’utilisateur suivant ses réponses.

Contexte de cette expérimentation et le domaine médical.

Concrètement cette expérience vise à remplacer un service existant, le 111. Il faut savoir qu’au Royaume -Uni à été mis en place le numéro 111 par le NHS. Ce service à pour objectif de désengorger le 999 qui est le numéro dédié aux vraies urgences. Le soucis, est que le 111 qui reçoit les appels de santé considérés comme n’étant pas urgents n’est pas forcément pris en charge par des professionnels de santé. Ce qui n’est pas sans posé quelques soucis : appels abandonnés, conseils inappropriés sont parfois donnés et le coût est de 20 dollars par appel à charge du NHS pour une durée de 10 minutes en moyenne.

L’objectif

Via ce Chatbot, l’objectif est d’évaluer la gravité du problème et de suggérer ou non des examens additionnels auprès d’un vrai professionnel de santé. L’application n’interviendrais donc que dans les premières étapes du processus, pour des soucis relativement mineur.

Cette expérience s’inscrit donc dans la continuité du développement de la médecine personnalisée. Avec ses avantages mais aussi ses inconvénients. Cela soulève bien évidemment toutes les questions de sécurité et de risques liés à cette technologie.

Si les chatbots ont de beaux jours devant eux, l’homme est-il prêt à concéder encore un peu de terrain ?

Vera Juan-Miguel

Secrétaire SIXI