Sixi.be - Soins infirmiers & Informatique - ASBL -  
Mooc 1

Evolution des MOOCs et de l’e-santé.

A entendre les intervenants du colloque Formatic Santé à Paris en février dernier échanger sur leurs parcours, nous vivons la mutation des MOOCs en SPOCs et COOCs et passons de l’e-santé vers la m-santé.

Les MOOCs sont nés au Canada en 2008 à l’initiative de 2 chercheurs, George Siemens, professeur à l’Université d’Athabasca et Stephen Downes. Ils dispensent un premier cours qui, ouvert en ligne pour 25 étudiants, attire 2300 participants libres d’enrichir le cours avec les outils de leur choix.

Plusieurs universités américaines se lancent dans l’aventure, l’essor est fulgurant.

Aujourd’hui, les Massive Open Online Courses ont un franc succès, environ 10.000.000 d’inscrits.

Principalement, on y rencontre des adultes de + de 35 ans, actifs et avec minimum un bac +3.

Comme dans le Hype Cycle de Gartner, il y a une poussée puis une désillusion…10% des inscrits participent effectivement jusqu’au terme au MOOC.

Des Small Private Online Courses et Corporate Open Online Courses  voient le jour. Ils sont des  évolutions hybrides des MOOCs plus locales pour des petits groupes privés. Ils permettent de la formation ciblée et accompagnée pour des groupes cibles et/ou de la certification en ligne.

L’UNESCO prône une open éducation. Les MOOCs doivent donc rester ouverts tout le temps alors que force est de constater qu’ils sont régulièrement ouverts puis fermés. Doit-on dès lors continuer à les appeler MOOCs ?

Le docteur Benhamou, professeur de chirurgie vasculaire et créateur de l’UMVF (université médicale virtuelle francophone) précise que les MOOcs s’inscrivent dans l’évolution d’Internet et de l’enseignement numérique.

Depuis le web 0.1 (1990-2000 : échanges de documents) vers le web 3.0 (aujourd’hui des objets et du savoir connectés) en passant par le web 2.0 (2000-2010 : réseaux), le smartphone connecté gratuitement pour les étudiants changera tout.

Le mode des applications est aussi important car les patients y sont alors que nos autorités commencent seulement à en prendre conscience.

 

Nous sommes donc bien dans une évolution des outils numériques, du nuage, des smartphones et vivons dans l’ère de la m-santé.

 

Patricia Van Lerberghe

Vice-Présidente SIXI.