Sixi.be - Soins infirmiers & Informatique - ASBL -  
Robot

Aujourd’hui et demain, présence des robots…

Les robots au sein des institutions hospitalières peuvent concerner différentes applications touchant les soins ou la gestion.

Tiré de https://lemondedelaesante.wordpress.com/2014/07/10/la-robotique-au-service-du-personnel-medical/

Les intérêts pour les professionnels de santé sont nombreux, l’apport des nouvelles technologies doit pouvoir faciliter voir transforme le quotidien. On imagine aisément les champs d’amélioration : Permettre une meilleure coordination entre médecins généralistes, spécialistes, infirmières. Booster la rapidité et l’efficacité des transmissions de données entre les membres de l’équipe soignante en particulier, et du corps médical en général.

Traçabilité des médicaments à l’appel de médecins ou d’infirmières grâce à des tablettes tactiles.

L’un des piliers de l’hôpital de demain est, certainement le déploiement du dossier médical électronique, qui dans une version idéale, devra s’alimenter automatiquement par les systèmes informatiques de l’hôpital : résultats des analyses, séquençage ADN, radios, médicaments prescrits et distribués, paramètres enregistrés au bloc opératoire et en réanimation, imageries médicales…

Ainsi informés, les professionnels de santé disposeront d’un outil efficace permettant la diminution des examens redondants voir des erreurs médicales, comme les contre-indications ou la délivrance de mauvais médicaments.

Dans l’attente de disposer d’un tel outil, le personnel soignant voit son quotidien évoluer au fil d’innovations et pratiques intéressantes telles que la présence de robots au sein des hôpitaux.

On connait déjà les avantages de la chirurgie robotique qui fait des merveilles au sein des blocs opératoires, mais il se peut que l’on doive s’habituer à la présence de robots infirmiers déambulant dans les couloirs des établissements de santé ou s’affairant au chevet des patients.

Le robot comme outil de téléprésence

La Federal Drug Administration (FDA) n’a-t-elle pas autorisé, depuis 2013, la présence du robot RP-VITA en hôpital. RP-VITA (Remote Presence Virtual + Independent Telemedicine Assistant), est un robot d’une taille de 1m65 équipé d’un iPad. Pouvant être utilisé comme une plateforme mobile de visioconférence, avec un écran qui projette l’image du médecin, et des micros et haut-parleurs pour pouvoir interagir avec lui. Il est utilisé dans plus de vingt hôpitaux californiens.

Son utilisation est très simple, aussi bien pour le patient que pour le docteur. Ce dernier se connecte depuis un ordinateur ou une tablette sur une plateforme web, peut prendre le contrôle d’un RP-VITA, le piloter jusqu’à la chambre d’un patient et commencer à interagir avec lui par la voix et la vue. RP-VITA est capable de naviguer dans l’hôpital de manière autonome également, grâce à la carte intégrée de l’hôpital. Il évite aussi les obstacles sur son chemin, les personnes comme les objets.

Voir le lien pour la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=hoAPTpwkFtw

Un robot pour le transport de médicaments

Exemple au Japon, avec le robot HOSPI. un écran HD et se déplace grâce à ses roulettes.

Plutôt dédié au transport de médicaments, il est autonome dans ses déplacements au sein de l’hôpital car possédant en mémoire le plan de l’établissement.

Voir la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=oAhnXJ2iPp4

En France, le CH de Beauvais puis le CHU de Nantes utilisent des robots pour le transport des produits de cancérologie (endoscopes stérilisés). Concernant l’établissement de Nantes, il s’agit de de 2 robots baptisés « Betty » et « Daisy » par le personnel soignant que l’hôpital a acquis en octobre 2013, programmés pour reconnaître le chemin entre le centre de traitement et le service de réanimation du CHU. D’ici la fin de l’année, ils seront reprogrammés pour pouvoir desservir plusieurs services sur un même trajet.

Ces quelques exemples démontrent l’un des atouts des nouvelles technologies dans d’automatisation de certaines tâches au sein des hôpitaux.

Autre champ d’application, de plus en plus d’hôpitaux se dotent aussi de robots pharmaciens qui préparent les médicaments devant être distribués aux malades, matin, midi ou soir.

Parfois, tout de même, il peut arriver que la machine se grippe. A l’image de la mésaventure de l’hôpital de Rennes où des médicaments ont été détruits par erreur, suite à un dysfonctionnement récurrent du robot de rangement ou du système informatique dédié.

Malgré ce type d’incidents, il semble bien que le train de l’innovation est lancé concernant l’essor des nouvelles technologies au sein des hôpitaux. Et cela partout en Europe, à l’image du Danemark qui a décidé d’investir 5,3 milliards d’euros dans la modernisation de ses hôpitaux d’ici à 2020. La part consacrée aux équipements, représente un cinquième de la somme totale.

Le robot devient thérapeutique pour les malades d’Alzheimer

Et il a la particularité de prendre une forme animale : celle d’un phoque. Telle la solution Paro, un robot sociopédagogique utilisé en atelier d’animation et en thérapie non médicamenteuse pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Développé dès 1993, le phoque PARO a été tout d’abord commercialisé au Japon en 2005, puis aux Etats-Unis en 2009 où il a obtenu la Certification FDA en tant que robot thérapeutique. Il s’agit de la 9ème génération de PARO, qui accompagne déjà les thérapies de patients japonais et danois depuis plusieurs années.

En France, la solution peine à se généraliser, elle reste encore au stade de phases de tests au sein de divers établissements : L’hôpital des Charpennes près de Lyon, l’hôpital Broca à Paris, celui de Sully sur Loire ou bien l’hôpital Paul-Brousse ont mené des expérimentations plutôt positives avec ce robot. La distribution de celui-ci dans l’hexagone est confiée à la société Inno3Med.

A ce jour, 3000 PARO dans 30 pays aident des malades Alzheimer dans des établissements de soins.

Pour en savoir plus sur Paro : http://www.silvereco.fr/paro-le-robot-therapeutique-pour-malades-alzheimer/3113033

 

Au CHU de Liège, c’est un robot qui délivre les médicaments aux patients …

A. L. avec E. Dagonnier Publié le vendredi 18 septembre 2015 à 08h34.

Des robots pharmaciens : c’est la nouvelle acquisition que vient de faire le CHU de Liège. Désormais, les médicaments distribués aux patients sont préparés par deux robots. Montant de l’investissement : 2,6 millions d’euros.

On estime généralement que dans l’ensemble de la distribution manuelle des médicaments en hôpital, les erreurs médicamenteuses représentent 5 %. Le but, avec ces robots, c’est notamment de sécuriser le circuit du médicament pour ramener cette statistique à moins de 0,5 %. Le robot pharmacien délivre environ 40 000 médicaments par semaine.

Une des particularités de ce robot pharmacien, c’est qu’il découpe lui-même l’emballage du médicament au moyen d’une lame à ultrason, explique Myrèse Radoux, pharmacien-chef au CHU de Liège : « Cette machine est en train de découper des médicaments, donc des blisters, pour pouvoir les mettre dans des sachets qui vont être identifiés au nom du médicament, de façon unique. Ils seront stockés dans le système de stockage du robot. Dès que nous aurons une prescription du médecin, qui va arriver dans notre système informatique pour un patient, le robot va dire ‘je vais préparer le traitement de ce patient-là' ».

Délivrance quotidienne

Et ce système automatique permet une plus grande fréquence dans la distribution des médicaments au patient, poursuit Myrèse Radoux : « Maintenant, nous faisons une délivrance quotidienne. On sécurise encore davantage, parce qu’avant, quand vous aviez une délivrance deux fois par semaine, on tenait moins compte des modifications de traitement du médecin. Le robot tient compte tout de suite, dans les trois minutes, de la modification de traitement du médecin ».

Le robot organise aussi l’administration des médicaments aux patients grâce à un code couleur, ce qui soulage le travail des infirmières. Actuellement, ce système automatique fonctionne pour 425 lits. A terme, le robot pharmacien fournira les médicaments à 800 lits au CHU de Liège.

Etre soigné par une infirmière robot , possible ou imaginable ?

Ou une infirmière humanoïde